.Mes débuts comme photographe de mariage.

Je viens de découvrir que j’ai réalisé mon tout premier mariage il y a maintenant 10 ans. Je venais tout juste d’avoir 18 ans, je n’avais pas d’expérience, peu d’équipement, j’étais nerveuse, l’église était l’une des plus sombres que j’ai vue et il pleuvait à boire debout. À ce moment-là, je croyais que ce n’était pas vraiment pour moi et que la pression d’un grand événement comme celui-là était trop forte pour moi.

Au jour de l’an, ma famille à l’habitude d’écouter de vieilles cassettes de famille (ouais, des cassettes). Cette année, nous avons visionné le vidéo de mariage de mon oncle et ma tante en 2010 (sur DVD celui-là!). J’étais la photographe et durant le film on m’aperçoit à quelques reprises. En me voyant, mon réflex a été de m’analyser. J’ai remarqué l’objectif que j’utilisais au début de la cérémonie et qui n’était pas adéquat. J’ai chialé un peu sur la Catherine de 2010 puis, quelques minutes après on voit que j’ai changé d’objectif (bravo!). J’ai regardé mes déplacements et j’ai compris à quel point j’avais évolué depuis 8 ans.

Évidemment, suite à ce visionnement je suis allée fouiller dans mes disques durs pour retrouver les photos que j’avais prises. Je suis  très critique quand je regarde les photos que j’ai réalisées à mes débuts. J’ai donc tenté de les regarder d’un autre œil et de me donner une petite tape dans le dos en voyant mon évolution.

J’avais tendance à croire que tout devait être très très (même trop) clair. Mon flash a vraisemblablement beaucoup travaillé cette journée-là. J’ai perdu une foule de petits détails à cause de cette lumière trop forte. Avec l’expérience, j’ai appris que le flash est un complément à la lumière ambiante et que l’ISO peut devenir un ami s’il est bien utilisé. Je pensais également que tout devait être parfaitement net. Avec le temps, j’ai découvert qu’une grande profondeur de champ permet de mettre l’emphase sur ce qui est vraiment important. De plus, j’ai perdu ma gêne, je n’hésite pas à prendre ma place et à bouger plus autour des mariés.

Suite à mon expérience en 2008, je n’aurais jamais pensé devenir photographe de mariage. Maintenant, je souhaite que mes étés soient complètement remplis. Je continue à apprendre à tous les mariages. Dans quelques années, je pourrais refaire ce processus et constater que ma passion est toujours en évolution.

Commentaires Facebook