819-816-1200

.Le flou.

Comment faire pour avoir du flou derrière mon sujet ?

C’est toujours la première question que j’ai lorsque je donne un cours de photographie. Le flou ou le bokeh se nomme en fait la profondeur de champ.

Avant toute explication, passons par une brève description de la profondeur de champ. C’est la distance qui s’étend entre le point le plus proche, dont il donne une image nette, et le point le plus éloigné, au-delà duquel tout objet paraît flou. En d’autres mots, il s’agit de la distance de netteté avant et après le sujet sur lequel on fait la mise au point. Il y a trois facteurs qui influencent la profondeur de champ.

Premièrement, la longueur focale de l’objectif utilisé. Plus l’objectif a une grande focale, plus les plans seront rapprochés et plus la profondeur de champ sera marquée. À titre d’exemple, un objectif ayant une longueur focale de 200 mm créera plus de flou qu’un objectif 18 mm.

L’ouverture de diaphragme est le deuxième élément qui favorise la profondeur de champ. Le diaphragme est le dispositif situé dans l’objectif qui contrôle la quantité de lumière qui atteint le capteur. Il fonctionne un peu comme l’oeil humain en s’ouvrant pour laisser passer la lumière ou en se fermant. Plus l’ouverture est grande soit f1,4 par exemple, plus la profondeur de champ sera petite donc, plus de flous. Lors de l’achat d’un nouvel objectif, il est avantageux de débourser un peu plus pour obtenir une grande ouverture de diaphragme. Personnellement, je priorise les objectifs qui ont au moins f2,8.

Finalement, la distance entre la caméra et le sujet est le troisième élément qui influence la profondeur de champ. Plus nous sommes près du sujet, plus la profondeur de champ sera petite.

Afin de mettre en pratique toute cette théorie, choisissez un sujet (immobile ou quelqu’un de plutôt patient) et testez les trois points. Avec un peu de pratique, vous créerez du flou les deux doigts dans le nez !

Commentaires Facebook