.P’tit village.

Arrêter

IMG_1437

Je viens d’un petit village qui compte moins de 4 500 habitants. 

Tout le monde se connaît, impossible de sortir de la maison de mes parents sans entendre : « Une p’tite Loranger! » et une rue porte mon nom de famille. Quand les gens me demandent d’où je viens, je dis bien souvent Trois-Rivières, car le nom de ce village est inconnu de la plupart des gens.

Je me suis souvent demandé si je devais aller vivre dans une grande ville comme Montréal pour réaliser mon rêve d’être photographe. Les rues remplies d’artistes, les petits cafés tapissés de cadres et les musées sont de véritables sources d’inspiration. J’aime bien passer des journées en visite à Montréal et je suis toujours prête à prendre des contrats dans cette grande ville. 

Par contre, je me suis rendu compte que je ne pouvais pas me passer de grands espaces. Les plaines, les champs de toutes sortes et les forêts sont mes endroits favoris pour sortir ma caméra. J’aime prendre ma voiture et me promener dans les petits villages. Tourner à droite, à gauche et parfois me retrouver devant un cul-de-sac. 

Je suis certaine que Montréal aurait pu me rendre heureuse, peut-être qu’un jour la vie m’y amènera. Une chose est certaine par contre, ma place pour décompresser entre mes différents shootings et les nombreuses rencontres professionnelles, c’est mon village. J’y trouve également beaucoup d’inspiration. 

De plus, une visite me donne la possibilité de saluer mes nombreux cousins, tantes, oncles et toute autre personne qui me dit que je ressemble donc à mon père. 

Ah pis, au dépanneur du coin, on gaze ton char. Une méchante bonne raison d’y aller.

Commentaires Facebook